ALPRESS LP

    Pfizer
    ALPRESS LP

    ALPRESS® LP  

    Prazosine.

    IDENTIFICATION DU MEDICAMENT

    FORMES ET PRÉSENTATIONS

    - ALPRESS® LP 2,5 mg
    - ALPRESS® LP 5mg
    Comprimé osmotique blanc-marron.

    COMPOSITION

     

    CLASSE PHAMACOTHERAPEUTIQUE
    ANTIHYPERTENSEUR

    INDICATIONS

    Hypertension artérielle.

    POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

    Une prise par jour.
    Hypertension artérielle : La dose moyenne efficace est de 5mg/jour
    Commencer le traitement par 2,5 mg/jour. Cette posologie peut être suffisante pour certains malades
    (en particulier les sujets âgés), elle pourra être augmentée jusqu'à 5 mg/jour et dans certains cas à 10 mg/jour. Ne pas dépasser 20 mg/jour.
    Important : Les comprimés seront avalés entiers. Ils ne seront ni cassés, ni broyés, ni mâchés.

    CONTRE-INDICATIONS

    - La prazosine est contre-indiquée chez les patienta ayant une hypersensibilité connue aux quinazolines.

    - Ne pas prescrire chez l'enfant de moins de 12 ans, les conditions d'emploi n'ayant pas été définies.

    MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

    • Pour exercer son plein effet antihypertenseur, le comprimé de prazosine à libération prolongée nécessite un temps de transit gastro-intestinal normal. En cas de temps de transit raccourci, le profil pharmacocinétique et pharmacodynamique peut être altéré, diminuant l'efficacité anti hypertensive.

    • Une hypotension orthostatique, de degrés de sévérité variables, peut occasionnellement se produire. Une attention particulière sera exercée chez les patients présentant des vertiges ou des malaises.

    • L'effet antihypertenseur de la prazosine peut être majoré par l'association à un diurétique, à un vasodilatateur ou à un autre antihypertenseur (cf. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

    CONDUITE ET UTILISATION DE MACHINES

    INTERACTIONS

    • Associations faisant l'objet de précautions d'emploi :
    - Antagonistes du calcium : majoration de l'effet hypotenseur. Risque d'hypotension orthostatique sévère. Surveillance clinique. Recherche d'hypotension orthostatique dans les heures qui suivent la prise du médicament Débloquant (en particulier en début de traitement par celui-ci).

    - Baclofène : majoration de l'effet antihypertenseur. Surveillance de la tension artérielle et adaptation posologique de Pantihypertenseur si nécessaire.
    • Associations à prendre en compte :

    - Antidépresseurs imipraminiques : effet antihypertenseur et risque d'hypotension orthostatique majorés (effet additif).

    - Corticoïdes, tétracosactide (voie générale) : diminution de l'effet antihypertenseur (rétention hydro-sodée des corticoïdes).

    - Neuroleptiques : effet antihypertenseur et risque d'hypotension orthostatique majorés (effet additif). Aucune interaction médicamenteuse n'a été rapportée au cours des études cliniques à ce jour, avec les médications suivantes :
    - Digitaliques (digitaline et digoxine),
    - Hypoglycémiantes (insuline, chlorpropamide, tolbutamide),
    - Tranquillisantes et sédatives (chlordiazépoxide, diazépam, phénobarbital),
    - Antigoutteuses (allopurinol, colchicine, probénécide), .Anti-arythmiques (procaïnamide, propranolol, quinidine),
    - Analgésiques, antipyrétiques.
     Interaction avec les tests biochimiques :

    Des résultats faussement positifs peuvent survenir dans les tests de dépistage des phéochromocytomes (acide vanilmandélique : VMA et méthoxyhydroxyphénylglycol : MHPG) chez les patients traités par la prazosine.

    GROSSESSE et ALLAITEMENT

    Bien que l'administration à l'animal n'ait causé aucune malformation fœtale, l'innocuité d'un tel traitement n'a pas été établie chez la femme enceinte et en période d'allaitement. Il est donc préférable de n'utiliser la prazosine chez la femme enceinte et en période d'allaitement qu'après avoir évalué les avantages attendus d'une part et l'éventuel risque thérapeutique d'autre part. 

    EFFETS INDÉSIRABLES

    Les effets indésirables suivants peuvent survenir et doivent faire l'objet d'une surveillance attentive :

    - Asthénie,

    - Vertiges, sueurs,

    - Hypotension orthostatique, accompagnée exceptionnellement de perte de connaissance,

    Œdème des membres inférieurs, 

    - Céphalées, acouphène, somnolence, troubles visuels, paresthésies,

    - Tachycardie,

    - Nausées, vomissements, constipation, diarrhée, épigastralgies, bouche sèche,

    - Congestion nasale ou oculaire, épistaxis,

    - Impuissance, priapisme, pollakiurie, incontinence urinaire,
    - Rash, prurit,

    - Réaction positive aux anticorps antinucléaires,

    - Arthralgie.

    L'aggravation d'une narcolepsie préexistante (maladie de Gélineau) associée à un traitement par la prazosine a été décrite dans la littérature.

    SURDOSAGE

    Du fait de sa forte liaison aux protéines, la prazosine n'est pas dialysable. Un surdosage peut entraîner une hypotension. Elle peut être combattue par une mise du patient en décubitus et un traitement symptomatique approprié (remplissage vasculaire, vasopresseurs). La fonction rénale sera surveillée.

    PHARMACODYNAMIE

    Alpha-1 bloquant vasodilatateur, la prazosine est un dérivé chimique de la quinazoline, premier produit d'une nouvelle famille d'antihypertenseurs. La prazosine est un antihypertenseur par réduction des résistances totales périphériques mais son mécanisme d'action n'est pas encore parfaitement connu. Les études de pharmacologie indiquent que l'effet vasodilatateur de la prazosine est principalement lié à un blocage des récepteurs alpha-1 post-synaptiques. Des études hémodynamiques ont été réalisées chez l'homme hypertendu, après administration unique ou au cours d'un traitement à long terme. Les résultats de ces études confirment que l'effet thérapeutique habituel est une baisse de la pression artérielle sans modification cliniquement significative du débit cardiaque, du flux sanguin rénal et du taux de filtration glomérulaire. Le flux sanguin rénal et le taux de filtration glomérulaire ne sont pas modifiés au cours d'une administration à long terme de prazosine : on peut donc utiliser la prazosine en cas d'insuffisance rénale. A l'inverse de ce qui est observé avec d'autres vasodilatateurs, l'activité de la prazosine ne s'accompagne pas de tachycardie réflexe. La plupart des études montrent qu'un traitement au long cours a peu d'effet sur l'activité rénine plasmatique. L'interruption brusque du traitement n'entraine pas de rebond de la pression artérielle. Par son action vasodilatatrice, la prazosine accroît la perfusion des tissus affectés par les phénomènes de Raynaud, en améliore les signes et les symptômes et réduit le nombre et la durée des accès paroxystiques. Certaines études cliniques montrent que la prazosine diminue le taux de cholestérol LDL + VLDL et ne modifie pas ou augmente le taux de cholestérol HDL. La prazosine est donc susceptible d'exercer un effet favorable sur le rapport athérogène C.HDL / (C.LDL + C.VLDL).

    PHARMACOCINETIQUE

    Après absorption orale d'une dose thérapeutique de prazosine à libération prolongée chez l'homme normal, les concentrations plasmatiques de prazosine s'élèvent progressivement après un temps de latence de 4 heures. Elles se maintiennent en plateau de la 6ème à la 24ème heure puis décroissent lentement. Ce plateau de concentration est lié à la technologie du comprimé à pompe osmotique qui permet de libérer régulièrement le principe actif en supprimant les pics de concentration et en diminuant les variations de concentrations sur 24 heures. Les concentrations plasmatiques sont proportionnelles aux doses absorbées. Les études chez l'animal montrent que la prazosine est fortement métabolisée par déméthylation et conjugaison et excrétée principalement par la bile et les fèces. Les études effectuées chez l'homme semblent indiquer un métabolisme et une excrétion similaires. La biodisponibilité de la prazosine à libération prolongée en une dose unique est de 50 % de celle de la prazosine à libération immédiate. Des données limitées indiquent une diminution de la clairance du produit chez les patients âgés et chez les patients insuffisants rénaux. Cependant, ces différences n'ont eu aucune traduction clinique. Un ajustement posologique n'est donc pas nécessaire, ingestion, la membrane semi-perméable biologiquement inerte du comprimé reste intacte pendant le transit intestinal et est éliminée dans les fèces sous forme d'une enveloppe molle insoluble.



    Voir aussi: